Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Willbgood.com

Willbgood.com

Votre source d'informations positives


Comment avoir confiance en soi et réussir tout ce que vous entreprenez

 

 

reussir.jpg

Vous souffrez de confiance en vous ? Vous pensez ne pas avoir de chance ? Vous en avez marre de l'échec?

 

Ce guide en 10 étapes vous aidera à devenir celui ou celle que vous avez toujours rêvé d'être.

Vous allez enfin connaitre le succès que vous méritez.

 

 

 

1) Les bases : réfléchir pour agir

 

Pour s'ancrer dans la réussite, il est essentiel d'agir. 

Mais on ne peut agir inconsidérément. L'action doit être précédée d'une réflexion concrète.

 

C'est pour cette raison que la seule manière de s'inscrire dans un cercle vertueux est de nettoyer ses pensées.

 

Comment procéder? C'est simple, analysez-les. Demandez-vous si cette pensée s'appuie sur du réel ou de l'abstrait. 

"Comment parvenir à cette distinction coach?"

 

Voici un exemple:


Exemple 1 : concret 

Réflexion : Cette voiture n'a plus d'essence. 

 

Action: je me dirige vers la pompe la plus proche, je me sers de ma carte bancaire et je repars serein.

 

L'analyse porte sur un fait ou son anticipation. Les actions sont logiques et efficaces. Le résultat est un succès. 

 

Exemple 2 : abstrait

 

Réflexion : je crois que mes collègues de travail me critiquent et que ma hiérarchie ne m'apprécie pas. Je ne vais donc pas me porter candidat pour ce dossier 

 

Action: aucune

 

Que s'est-il passé? 

Vous vous êtes englué dans des impressions en créant vos propres freins. Il n'en résulte aucune action puisqu'il est impossible de résoudre le problème hypothétique de la médisance.

D'ailleurs, est-ce vraiment un problème? Non ! (Nous reviendrons sur le capital confiance plus tard dans ce blog).

 

Ce 2ème exemple met en évidence la stérilité d'un comportement. Vous créez une boucle de réflexion qui n'aboutit jamais à l'action. La réalité y est en effet exclue. Les pensées n'ont aucun débouché sur la réalité. Et vous ruminez à l'infini devant cette barrière psychique. Vous luttez intérieurement contre des fantômes issus de votre propre imagination.

 

Avez-vous compris ce principe d'action ?

Le mouvement intervient lorsque les pensées sont entièrement orientées vers un débouché réel.

 

Je pense pour agir. Je ne pense pas pour penser ou vous finirez par panser votre ego.

Faites cet exercice régulièrement dans la journée en décortiquant votre manière de considérer les objets, les événements, les personnes.

 

Demandez-vous si vos réflexions sont inscrites sur une ligne d'action et non dans une boucle infinie.

 

Cette méthode rapide de réflexion et d'action a un énorme avantage. 

Vous gagnez du temps pour la suite. 

En effet, au plus vite vous agissez, au plus vite vous réussissez ou vous échouez. Et dans ce dernier cas, vous pouvez immédiatement tenter de nouveau votre chance.

 

Alors que si vous réfléchissez indéfiniment pour finalement agir, vous aurez laissé passer plusieurs cycles de tentatives et n'aurez pas accumulé assez d'expérience. 

Car non, l'échec n'est jamais dramatique. Au contraire, on apprend beaucoup plus d'un échec que d'une réussite. A condition de l'accepter et d'en assumer la responsabilité. 

 

Je vous souhaite une bonne réflexion, saine et orientée vers l'action.

 


 

 

2) Traité anti-procrastination 

 

La procrastination est l'art de remettre au lendemain ce qu'on pourrait aisément faire le jour-même !

Cela part d'une crainte d'échec ou d'un manque d'intérêt pour la tâche à effectuer. 

 

Distinguons ces 2 cas:

 

- la peur de l'échec est une sorte de personnification de la problématique. On imagine l'échec comme un adversaire capable de surgir pour nous rabaisser et nous rappeler notre incompétence. La peur de l'échec est d'autant plus prononcée si vous n'avez jamais tiré partie d'une désillusion suite à une tentative infructueuse. En gros, l'échec doit être démystifié. Pour cela, il est nécessaire de l'affronter en le regardant droit dans les yeux.

L'échec existe mais il ne s'agit que d'une conséquence d'une mauvaise approche ou d'un manque de volonté. 

A force de persévérance, aucun problème n'est insoluble. Dixit Henry Jackson Brown "Confronté à la roche, le ruisseau l'emporte toujours, non pas par la force mais par la persévérance." 

L'échec est un obstacle à franchir qui finit toujours par céder. 

La satisfaction relative à une victoire est proportionnelle au nombre d'échecs essuyés. Alors ne vous privez pas de cette joie, menez le combat dans la bonne humeur en vous imaginant gagnant.

 

- pour l'argumentaire du désintérêt pour la tâche, je vais simplement vous donner un exemple de la vie quotidienne.

Sortir les poubelles n'est pas forcément plaisant. Vous seriez donc tenté d'attendre avant de le faire. Sauf qu'elles vont s'accumuler et l'odeur sera bientôt insoutenable. Bref, le fait d'expédier cette contrainte vous évitera de nombreux désagréments et un maintien de votre qualité de vie.

C'est le même scénario pour n'importe quelles tâches rébarbatives. 

Autant vous y atteler le plus rapidement possible afin de d'évacuer cette pensée de votre esprit et de vous consacrer à des actions plus enrichissantes.

 

Dans une journée, le but est d'avoir un solde créditeur entre actions positives et négatives. 

Au plus vous entreprendrez selon vos points forts et vos préférences, au plus vous garderez un moral de gagnant.

 

Donc ne différez pas l'accomplissement des tâches ennuyeuses, accomplissez-les en priorité pour vous consacrer à celles qui vous comblent le plus rapidement possible.

 

Mais attention : le but est de ne plus y revenir. Donc ne bâclez pas.

 


3) Le succès : un but à définir

 

Avant de prendre la route, il est indispensable de connaitre votre destination.

Si vous n’avez pas d’objectifs, qui va vous en donner ?

Ce chapitre est consacré à la définition de votre but. Vous vous apprêtez à franchir des échelons d’une immense échelle en subissant la pluie, le vent, les attaques de rapaces et autres bêtes féroces, les moqueries de vos semblables restés à des niveaux inférieurs, les barreaux absents ou sciés,...

Votre ascension ne va pas être de tout repos. Sachez-le.

Il faut donc vous forger une volonté à toute épreuve.

 

Pour cela, l’écriture sera d’une grande aide. Je vais vous conter la méthode des «petits papiers».

 

Tout d’abord, prenez une feuille blanche.

Couchez-y vos désirs les plus fous.

  • Devenir astronaute
  • Apprendre à parler 3 langues dont le russe
  • Passer votre brevet de pilotage
  • Épouser la femme de vos rêves
  • Acheter une maison
  • Perdre 20 kg
  • Gravir le Mont Blanc
  • Partir vivre aux USA
  • Changer de coiffure, de look
  • Intégrer une organisation caritative
  • Avoir 20 millions d’euros en banque
  • Adopter un chien

...

 

Libérez votre imagination et écrivez ce qui vous passe par la tête en vous replongeant aussi dans vos rêves d’enfance. Vous vous en souvenez ?

 

Vous voilà donc devant l’expression de vos envies. C’est de cette expression que vos objectifs pourront être définis.

 

On ne peut en effet pas déployer de l’énergie pour accomplir les desseins d’autrui ou ceux que l’on nous prête. Affirmez-vous !

 

C’est une quête personnelle que vous mènerez.

 

En couchant sur papier ces buts qui vous sont chers, vous avez fait fonctionner une alliée de choix pour la suite : l’imagination.

C’est le moteur de votre réussite. L’imagination est votre pourvoyeuse d’idées et votre guide bien intentionné.

 

Albert Einstein l’évoquait ainsi :

« L’imagination est plus importante que la connaissance. La connaissance est limitée alors que l’imagination englobe le monde entier, stimule le progrès, suscite l’évolution. »

 


 

 

4) Concrétisez vos rêves

 

Vos actions dans les prochaines minutes vont être concentrées vers l’accomplissement de vos buts.

Vous n’êtes pas obligés d’avoir plusieurs objectifs. Un seul suffit. L’avantage d’en mener plusieurs et de pouvoir équilibrer l’engagement et de pratiquer la sérendipité. En cas de blocage sur l’un, vous pourrez vous changer les idées sur l’autre.

Ces objectifs n’ont pour limite que votre imagination. Soyez fous et visez l’impossible. Vous vous rendrez vite compte que ce que vous pensiez inatteignable est parfaitement à votre portée.

 

Afin de vous aider à persévérer, vous devez formaliser vos efforts d’une manière fort simple : tenir un classeur.

 

Achetez un classeur et autant d’intercalaires que d’objectifs.

Entre chaque intercalaire, disposez

- une feuille qui devra comporter ces champs.

 

Objectif : en termes concis, décrivez votre objectif. Cette description doit s’appuyer sur un verbe.

 

Descriptif : rentrez dans le détail de votre réalisation. Les lieux, les personnes, les compétences, les outils nécessaires, les couleurs, les odeurs...

 

Echéance : estimez votre délai de réalisation. Un mois, une année. C’est suffisant.

 

Personnes concernées : avez-vous besoin d’une aide pour ce projet ? Nommez-les s’ils font partie de vos cercles ou envisagez de recruter et de vous associer.

 

- Un set de feuilles où vous tiendrez un journal décrivant vos actions pour atteindre cet objectif.

 

Vous renseignerez donc votre journal au fil de l’eau en y indiquant la date.

 

Chaque jour, lisez à voix haute le descriptif de vos objectifs et imaginez-vous lorsque vous les aurez atteint. Imaginez-les méticuleusement. Fermez les yeux et ressentez les sensations, les bruits, les émotions. Projetez-vous dans cette représentation de votre succès.

Ce travail de répétition va vous permettre de développer des réflexes presque inconscients. Votre cerveau analysera en temps réel votre quotidien en y cherchant des opportunités pour atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.

Et vous les saisirez.

Il s’agit d’un conditionnement au succès.

 

 

Si cette méthode ne suffit pas, complétez-la en écrivant sur un petit papier, les cinq objectifs que vous préférez. Mettez cette feuille en boule ou pliez-la et gardez-la sur vous toute la journée.

 

Vous aurez pris note que lors du descriptif de vos objectifs, vous devrez réfléchir aux personnes qui sont susceptibles de vous prêter main forte.

Informez-les de vos projets et expliquez-leur comment vous les imaginez en ouvrant le dialogue.

 

Pourquoi ouvrir le dialogue ?

Je vous stipulais plus haut qu’il ne fallait pas se laisser dicter vos objectifs et cette préconisation est aussi valable pour vos amis et connaissances.

 

C’est pour cette raison que vous devrez argumenter avec ces personnes et peut-être même ajuster vos actions, sans les abandonner bien sûr.

 

Le fait d’exprimer ses objectifs auprès de votre entourage est aussi un moyen de donner de la consistance à vos visions et à votre discours.

Si vous balbutiez, hésitez, c’est peut-être parce que vous n’énoncez pas encore assez intimement vos désirs ou qu’ils sont trop abstraits.

 

Levez toutes zones d’ombre et avancez. Pour être convaincant, il faut être convaincu.

 


 

5) Vos défauts sont des forces

 

 

L’auteur n’a pas perdu la raison en énonçant cette vérité.

Un des freins que nous pourrions opposer à notre envie de nous dépasser est l’incapacité ressentie.

« je ne suis pas capable de faire ceci. »

« je suis incapable de parler correctement. »

« je suis incapable d’écrire sans faire de fautes d’orthographes. »

 

...

 

Et si vous étiez incapable d’être incapable ?

L’incapacité ressentie est une impression personnelle, un point de vue subjectif. La différence entre l’incapacité ressentie et réelle peut s’apparenter à un concept cher aux météorologues, le froid ressenti.

 

Vous êtes dans la rue en plein hiver, vous avez l’impression qu’il fait 0°C alors que le thermomètre affiche 6°C. La raison est simple, un vent glacial souffle sur vous tandis que vous venez de sortir de votre logement douillet.

Vos sens vous trompent. La réalité est différente de ce que vous pensez.

 

Se sentir «incapable de» illustre un manque de confiance en soi très humain.

Pour le combattre, vous devez vous appuyer sur vos qualités.

 

Serge Gainsbourg a séduit les plus belles femmes de son époque malgré ses oreilles décollées, ses écarts de conduite et son apparente impertinence.

Dites-vous bien que la perfection n’existe pas. Tout le monde a des défauts plus ou moins dissimulés. Les connaitre est une force car cela nous permet d’éviter de les montrer et de forcer le trait sur vos compétences.

 

Tout est question d’image. Vous devez maitriser les informations que vous émettez vers vos interlocuteurs. Je ne parle pas de manipulation ou de mensonge, mais bien d’un jeu d’acteur pour montrer votre meilleur aspect.

 

De cette manière, vous aurez le temps de combler vos lacunes et d’en enrichir votre représentation.

 

Mais ne faites pas de fixation sur vos défauts. Acceptez-les, aimez-les et façonnez-les pour les transformer en qualité.

 

Nous sommes tous logés à la même enseigne alors ne vous servez pas de ce prétexte pour rester inactif.

Je terminerais ce chapitre en vous signifiant que les défauts révélés en toute franchise vous donnent un côté sympathique.

 

«hey, ce gars est comme moi ! Je vais lui accorder son prêt.»

 


 

 

6) L’art de convaincre

 

La réussite d’une entreprise personnelle repose énormément sur les individus qui gravitent autour de vous : professeurs, époux, parents, patrons, banquiers...

 

Afin de les convaincre et de les intégrer dans votre success story, vous devrez user de tout votre pouvoir de persuasion.

 

Pour cela, vous allez vous servir d’une technique très cinématographique : le divertissement par l’enchantement.

 

Il ne s’agit pas de magie mais d’une méthode qui emmènera vos interlocuteurs à partager vos rêves.

 

Pour les captiver, il vous faut préparer une histoire crédible et une fin heureuse.

Inspirez-vous d’un film optimiste avec une happy end, Forest Gump par exemple. Ne lésinez pas sur la description de votre expérience. Agrémentez votre récit d’anecdotes captivantes ou croustillantes. Elles ont un caractère viral (le mot viral mérite peut être une explication) dans la mesure où elles se mémorisent facilement et peuvent se transmettre rapidement.

Les légendes se créent ainsi.

 

J’ai un modèle à vous suggérer dans votre rôle de narrateur. Un expert dans l’art de convaincre des centaines de milliers de personnes en une seule soirée : Gad Elmaleh . Son art est pourtant délicat puisqu’il s’agit d’humour.

 

Observez sa gestuelle, la façon dont il sollicite le public. Son pouvoir d’enchantement quand il décrit des situations improbables.

 

L’artiste joue avec les émotions et l’imagination de ses fans. Il les transporte dans son monde.

 

Vos idées sont précieuses, vous devez les porter et les vendre avec tous les effets spéciaux possibles. Enchantez à votre tour. Divertissez !

On ne doit pas vous trouver simplement dynamique mais fantastique !

 

Afin de parvenir à cet effet wow, il est nécessaire de s’exercer. Je vous conseille de vous trouver des modèles comme Gad et d’imiter leur gestuelle et leur ton.

Steve Jobs est un autre exemple d’orateur hors-pair. Apple lui doit son incroyable notoriété.

 

Un conteur-né vous serez. Mais pas un manipulateur ou un menteur.

 


 

 

7) Communiquer = échanger (ou comment éviter le monologue)

 

Benjamin Franklin est connu pour cette citation :

"Tu me dis, j'oublie.

Tu m'enseignes, je me souviens.

Tu m'impliques, j'apprends" 

 

Pour défendre vos projets ou vos idées, vous devrez valoriser vos interlocuteurs. Il faut qu’ils se sentent impliqués, qu’ils s’approprient votre histoire. Qu’ils aient le sentiment d’être considérés et intelligents en la diffusant à leur tour.

 

On peut assimiler cette transmission à celle du savoir. Lorsque vous avez compris un problème mathématique ou le scénario d'un film particulièrement tortueux et que vous devez l'expliquer à votre enfant, des élèves, des amis, votre information sera d'autant plus appréciée si quiconque peut se l'approprier pour à son tour "briller" dans son cercle de connaissances.

 

Donc, communiquez-leur pleinement votre enthousiasme mais faites-les participer. C’est primordial. Echangez, vérifiez qu’ils ont cerné la globalité du projet et faites-leur comprendre qu’ils font partie intégrante de cette magnifique aventure.

 

Ils seront alors vos meilleurs ambassadeurs et répandront la bonne parole autour d’eux.

 

Imaginez des cercles concentriques après qu'une pierre ait frappé la surface de l’eau.

 

Afin de leur faciliter la tâche, soignez vos supports.

 

Pour une création d’entreprise face à des possibles investisseurs, préparez une présentation Powerpoint ou Keynote épurée avec les idées essentielles, peu de texte par slide et des photos ou illustrations éloquentes. Imprimez-la si vous n’avez pas de portable ou tablette pour la diffuser et laissez-en une version light, accessible aux plus néophytes sans divulguer vos secrets afin d’éviter de vous faire piquer vos idées.

 


 

 

8) Savoir s’exprimer et convaincre : de la foule au one-to-one

 

L’atteinte de vos objectifs passe par une solide capacité de communication. Vous devez perfectionner votre technique de communication en tête-à-tête.

 

Les foules sont réceptives à des idées qui font appel au bon sens commun. Une foule est donc plus simple à enchanter (ou à décevoir) en se basant sur des images communément admises. Et les comportements s’indexent souvent sur ceux de son voisin dans une salle pleine. C’est pour cette raison que des «chauffeurs de salle» manipulent le public présent lors des émissions télévisées en déclenchant des applaudissements. Cela crée une ambiance festive mais n’est finalement pas vraiment spontané.

 

 

Nous avons tous parfaitement compris le formidable exploit de Felix Baumgartner avec un saut de trente-neuf mille mètres pendant lequel il a franchi le mur du son.

 

Les réactions des foules sur les réseaux sociaux ont contribué à créer un buzz sans précédent. Les vidéos ont tourné des millions de fois sur tous les supports multimédias existants. Il est fort à parier que ce «héros» a acquis une réputation qui lui ouvre les portes de la gloire et lui permet surtout de mener à bien ses futurs projets.

 

Un banquier ne rechignera pas à lui accorder un prêt pour créer une entreprise de location de transats dans le Pôle Nord, aussi peu pertinente financièrement que cela puisse être.

 

Son nom et son story-telling suffit. On le surnomme «l’homme le plus courageux du monde.»

 

On peut cependant s’interroger sur la genèse du projet de saut supersonique. Combien d’interlocuteurs ont dû donner leur aval afin que cet évènement prenne vie ?

 

En première ligne, la famille. Une initiative aussi périlleuse et «sans précédent» inspire le doute et la peur plutôt qu’un franc enthousiasme.

Car il est question de risque de vie ou de mort. C’est donc un projet qui n’aurait pu aboutir sans une dose de folie et de rêve.

 

Projetez-vous dans le corps de Felix Baumgartner au moment où il a annoncé son ambition de sauter à ses parents et ses amis.

 

Quels arguments a-t-il pu employer ? Qu’auriez-vous dit ? Comment vous seriez-vous comporté ?

 

Convaincre un seul individu est un exercice complexe. Il est isolé de ces semblables et ne peut donc s’en référer qu’à lui-même pour décider de vous suivre ou pas.

 

Pour parvenir à gagner sa confiance, il est nécessaire d’observer votre interlocuteur. Quels mots emploie-t-il ? Quels gestes utilise-t-il ? Quelle posture adopte-t-il ?

Le but est de trouver suffisamment de points d’accroche pour apparaitre comme sympathique dès les premières minutes.

 

Un travail de recherche est indispensable afin de préparer cet entretien. Travaille-t-il dans une institution ? Depuis combien de temps ? Appartient-il à un club ou un organisme ? Vous trouverez de nombreuses informations sur internet.

 

Lorsque vous possèderez suffisamment d’informations, demandez-vous ce que vous avez en commun?

Cela peut être un sport ou la musique. Vous vous servirez de ce détail pour établir un premier terrain d’échange. Votre interlocuteur sera ravi que vous vous soyez intéressé à lui et encore plus reconnaissant de partager une même passion. Il sera d’autant plus réceptif à vos arguments.

 

Pendant votre discussion, votre comportement et votre posture vont avoir un impact inattendu. Il vous faut «rentrer en phase» avec votre interlocuteur. Synchronisez vos mouvements avec les siens.

Pour comprendre ce concept, rappelez-vous de la gêne que vous ressentez quand vous tenez la porte à quelqu’un qui ne vous suit plus. Vous voilà à tenir une porte pour ... personne.

 

Qui ne s’est jamais trouvé dans la situation embarrassante suivante. Une femme plutôt jolie vous fixe avec un sourire et vous interpelle par un signe de main auquel vous répondez, flatté d’être objet de tant d’attention par une belle inconnue.

Elle s’approche, vous accentuez votre expression avenante ... et elle finit par vous dépasser pour rejoindre son petit copain juste derrière vous.

 

La synchronisation vous évite cette arythmie. Vous calquez vos mouvements comme dans une danse qui n’est pas très éloignée de la parade de l’amour que pratiquent les paons.

Rappelez-vous que vous recherchez de la complicité et non de l’adversité.

 

Dans cette communication non-verbale, les yeux jouent un immense rôle.

Vissez votre regard dans celui de votre correspondant et souriez. Montrez ainsi que vous n’avez rien à cacher et que vos intentions sont amicales.

 


 

 

9) Pour définitivement en finir avec la peur de l’échec

 

Voici un exercice simple à pratiquer pour lever vos derniers doutes dans votre course à la réussite.

 

Raisonnement par l'absurde

 

Vous pouvez utiliser le raisonnement  par l'absurde pour définitivement blinder votre préparation.

Le raisonnement se fait en deux étapes

 

1) Si cela ne fonctionnait pas, quelle serait la pire des issues ?

 

2) Comment l'éviter?

 

Traitons la première question : Quelle est la pire des situations à laquelle vous pourriez être confrontée. Imaginez que votre projet échoue lourdement.  C'est le scénario catastrophe. Quels seraient les impacts sur vous et votre entourage ? Quel est leur degré de gravité et d'irréversibilité ?

 

Maintenant que vous avez dressé le tableau le plus sombre possible, nous allons le décortiquer.

Remontez de l'échec final à toutes les causes possibles. Listez ces causes. Prenez-les une par une et apposez des solutions pour les éviter.

 

Vérifiez que ces solutions sont en vigueur ou bien adoptez-les.

 

Voilà, vous venez de répondre la question "qu'est-ce qui pourrait faire échouer votre projet ".

 

Verrouillez et sécurisez chaque étape et n'hésitez pas à tester d'autres scénarios.

 

Je profite de ce chapitre pour insister sur l'écoute que vous devez porter à votre entourage et vos différents interlocuteurs.

Les critiques comportent toujours une part de vérité. Ce sont des avertissements. Considérez-les comme des cadeaux et exploitez-les au maximum.

Mieux, vous devrez préférentiellement rechercher les critiques plutôt que les louanges et vous inquiéter si aucune critique n'est formulée. Au risque de me répéter, la perfection n'existe pas.

 


 

 10) Les lectures incontournables pour vaincre l'adversité et reussir tout ce que vous entreprenez

 

Voici des lectures qui vous inspireront et boosteront votre motivation.


 

- Pouvoir illimité d'Anthony Robbins

- Vous pouvez être ce que vous voulez être de Paul Arden

- Convaincre en moins de 2 minutes de Nicholas Boothman

- les gestes du succès, les mots de la réussite de Joseph Messinger

- L'art de l'enchantement de Guy Kawasaki

- Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu'ils entreprennent de Stephen R. Covey

- Le pouvoir de la confiance de Stephen M.R. Covey

- Vaincre l'adversité de John C. Maxwell

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents